banniere
Plan du site en

Valid XHTML 1.1 Valid CSS2

Villacourt - Orgue Verschneider (1842) de l'église St Martin

Maître d'ouvrage : DRAC Lorraine.

Maître d'œuvre : Monsieur Christian Lutz.

Composition

Grand-Orgue, 54 notes :

Montre 8 Bourdon 8 Prestant 4
Flûte 4 Nazard 2 2/3 Doublette 2
Cornet V rgs Plein-Jeu III rgs Trompette 8
Clairon 4  

Positif de Dos, 54 notes :

Montre 4 Salicional 4 Doublette 2
Cromorne 8 Bourdon 8

Écho, 35 notes :

Bourdon 8 Flûte 4 Cornet III rgs
Hautbois 8  

Pédale :

Flûte 8 Flûte 4 Trompette 8
Clairon 4  

Composition retrouvée

Grand-Orgue :

Montre 8 Bourdon 8 Prestant 4
Flûte 4 Doublette 2 Plein-Jeu III rgs
Cornet V rgs Trompette 8 Clairon 4

Positif :

Bourdon 8 Montre 4 Salicional 4
Doublette 2 Cromorne 8

Écho :

Bourdon 8 Flûte 8 Prestant 4
Doublette 2 Hautbois 8

Pédale :

Flûte 8 Flûte 4 Trompette8
Clairon 4  

Accouplement I/III, Tremblant doux.

Disposition interne

La disposition d'origine a été retrouvée au fur et à mesure de l'avancement des travaux. Le plan initialement prévu envisageait le sommier d'Écho dans le soubassement et le sommier de Pédale, à l'extérieur du buffet, au-dessus du réservoir, décalé vers la gauche par rapport au centre de l'orgue. Les traces d'implantation de l'ancienne charpente étaient encore visibles sur l'arrière du buffet.

En fait ces traces sont celles des supports du châssis de plancher d'accord et des croissants de Pédale. Le sommier de Pédale se trouve au niveau du sol, disposition classique pour tous les Verschneider. C'est en visitant l'orgue de Naisey puis en retrouvant les traces de fixation des traverses du réservoir, à l'intérieur du buffet, que j'ai eu confirmation de cette hypothèse. Notre travail a été modifié en conséquence, en cours de montage, pour placer le réservoir dans le soubassement. La disposition finale est confirmée par les percages, à même le plancher, des anciens rouleaux de registres.

La Flûte de 8 de Pédale qui parlait précédemment vers l'extérieur du sommier, parle maintenant vers l'intérieur. Pour des questions d'accord, nous avons inversé sa disposition. Quatre tuyaux seulement ont ainsi dû être rallongés alors que toute la série se trouvait trop courte avec la disposition ancienne.

Le sommier d'Écho est placé derrière la console, en hauteur. Plusieurs indices ont permis de retrouver cet emplacement, chaque indice permettant de définir la largeur, la hauteur, la profondeur et l'étendue du sommier. Au départ nous ne possédions que les anciens trous d'axe des tirages de registre. Puis nous avons retrouvé une mortaise de charpente et enfin deux trous dans le buffet qui correspondaient à la hauteur des vis de laye. Il s'avéra que le Nasard du Grand-Orgue était l'ancien Bourdon de l'Écho, lequel possédait bien 37 notes. La division retenue pour la grille est celle des dessus du sommier de positif, avec les mêmes dimensions de soupapes et de perces.

Buffet :

Les buffets sont en chêne d'une excellente qualité. Ils furent recouverts d'une peinture marron, appliquée après le montage de l'orgue dans l'église (le buffet de Positif n'est pas peint derrière le portevent externe). Des traces de coulures sur les inscriptions de registre indiquent qu'elle est postérieure à l'intervention de Didier. Il est fort regrettable que cet état de surface ait été conservé car il ne présente pas d'intérêt.

Le grand corps est auto-porteur et démontable par chevilles ou panneaux. Une pièce de maintien a été ajoutée entre les deux traverses de l'entablement pour soutenir la tourelle centrale. Devant le Positif, un petit marchepied sert à règler la mécanique à travers la façade. L'intérieur des buffets a été protégé par application d'un produit anti-xylophage.

Les éléments de sculptures brisés et conservés sur la tribune ainsi que les motifs complétés ont été fixés par entoilage sur les claires-voies et par placage sur les joues.

Fabrication des panneaux bas arrière de soubassement du grand corps, en copie de ceux du haut. Des plafonds en sapin ont été fabriqués pour protéger la tuyauterie des deux buffets.

Console :

Les marches des naturelles des claviers ont été entièrement remplacées par un placage neuf en os, les frontons ont été replaqués en poirier. Le vernis noir des bras et des cadres a été supprimé pour retrouver une teinte naturelle. Les frontons des cadres ont été déposés car l'espacement était beaucoup trop réduit à moins d'utiliser une épaisseur inférieure à 4 mm et, par conséquent, très fragile. Les barres de butée en plomb ont été remplacées par des barres feutrées en chêne prises sur le modèle des orgues Verschneider.

Les claviers sont fabriqués suivant la méthode classique, décrite par Dom Bedos : en chêne débité sur dosse. Les mortaises de tête sont garnies de feutre et les pointes guides sont rondes. Les pointes de queue, en laiton, ont été entièrement remplacées et grossies de 1,2 à 1,4mm. Les perçages encore trop alésés ont été bouchonnés et repercés.

Sur le premier C l'inscription suivante :

Fabrication d'un clavier neuf pour l'Écho. Réalisé en copie des deux autres claviers. Ce clavier est suspendu (sommier au-dessus du clavier). La profondeur des marches a été calculée en fonction de la place disponible entre le clavier du grand-orgue et le départ de mécanique (longueur des naturelles : 105mm, feintes : 63mm).

Remise en état complète du pédalier. Démontage des touches, les naturelles et les feintes en chêne sont conservées en l'état. Remplacement des cartouches de mortaises arrière et des ressorts de rappel. Renfort du cadre par tire-fond noyé dans les traverses. Remise en feutre des fenêtres guides de la traverse avant, ajustage du jeu latéral par parchemin.

Accouplement entre les deux claviers par le biais d'un faux tiroir, avec un peigne entre les touches qui ramène un pilote vertical sur un flipot collé au clavier de positif. Graphitage des pilotes, remise en basane du flipot et du dessous de clavier de Grand-Orgue.

Les boutons de registres sont restaurés ou refaits en copie, sur le modèle des orgues de Vittoncourt et Ochstett, en mirabellier tourné et vernis. Les porcelaines ont été remplacées par des jetons en mirabellier qui redonnent aux boutons leur aspect d'origine.

Les deux montants anciens, découverts des anciennes plaques noires, ont permis de retrouver les écritures de dénomination des registres, peintes à la main à même le bois. Ces écritures sur un fond crême sont de couleur différente pour chaque clavier : rouge au Grand-Orgue, noire au Positif, terre de sienne à l'Écho et verte à la Pédale. Ces écritures ont été ravivées et complétés à la peinture acrylique. Le travail est protégé par un vernis acrilyque qui peu être enlevé avec une solution d'ammoniaque dilué.

Mécanismes :

Restauration de l'abrégé en bois du Grand-Orgue et du petit abrégé de ravalement du Positif, nettoyage des rouleaux, remplacement des garnitures en cuir des crapaudines et de leurs axes en fer. Les équerres et les bras des rouleaux d'abrégés ne sont pas garnis, les crochets en laiton des vergettes sont directement sur le métal. Les équerres, fabriquées pour une partie en bois destinée à recevoir un filetage et pour l'autre en fer destinée à recevoir un crochet, sont placées sur une barre en parts-closes, chacune est munie d'un axe fixée par étrier. Certaines parts-closes étaient cassées et ont été, en partie, refaites. La barre d'équerres de Pédale au bas de la console, trop altérée, a été remplacée intégralement.

Seules trois vergettes cassées sont refaites en copie. Tous les fils de laiton (ép. 12/10) sont remplacés.

Le tracé de la Pédale a été modifié pour rétablir la disposition d'origine. Trains de vergettes en copie.

Fabrication de la mécanique de l'Écho. C'est une mécanique identique à celle du Positif avec un renvoi d'équerres en éventail vers la laye sur un départ de clavier suspendu. Les barres d'équerres sont directement fixées sur le clavier et sur le sommier.

Le tirage des registres a été entièrement restauré pour le Grand-Orgue et le Positif, en partie pour la Pédale. Seul un sabre en chêne d'origine subsistait au sommier de Grand-Orgue, les autres avaient été remplacés en hêtre ou grossièrement réparés. Des sabres neufs ont remplacé les éléments dépareillés. Le tirage au sommier pour la Pédale et l'Écho a été copié sur celui du Positif : système par rouleaux. Le rapport de tirage console/registre est seulement de 2, soit 24mm au registre et 48 mm à la console. C'est une moyenne, car le tirage à la console se situe entre 46mm et 54mm en fonction des claviers et de la course des registres. Ce rapport est un peu faible pour permettre un enchapage ferme. D'autre part, sur les claviers de Positif et de Pédale, le mouvement est transmis par des équerres de renvoi dont les bras sont très courts et par conséquent donnent un fort excentrique.

Sommiers :

De gros problèmes ont dû être surmontés pour le réencollage des sommiers : non seulement le sommier de Grand-Orgue était étanchéifié à la graisse, ce qui compliquait la tâche car la colle ne pouvait pas prendre sur un support gras mais de plus, l'ancienne colle se trouvait entièrement dénaturée, réduite en poudre et comblant ainsi les pores du bois. La plupart des barrages se séparaient des tables et c'est une reconstruction avec des éléments anciens qu'il a fallu entreprendre pour les sommiers de Positif et de Grand-Orgue. Les tables ont été flipotées. Plusieurs barrages trop piqués ont dû être changés.

Une particularité de ces sommiers était l'absence de tout assemblage pour maintenir la ceinture. On trouve habituellement, et c'est le cas pour les orgues de Bischtroff ou Vittoncourt, des queues d'arondes pour maintenir le cadre. Nous avons choisi de noyer des tire-fonds dans les traverses pour garantir l'assemblage.

Après deux réencollages, sur table chauffante, avec le mélange traditionnel de colle d'os et de nerf, nous avons complété les joints avec un encollage au pinceau à la colle de poisson. La colle chaude avait en effet tendance à «glacer» sur certaines surfaces et à ne pas pénètrer les fibres. Ce problème provient très certainement du type et de la qualité de colle employée par les Verschneider. Il peut se reproduire sur d'autres instruments.

Pour le sommier de Pédale les gerçures sur les tables ont été tourillonées, la grille est réencollée à la colle chaude. Le poids des tuyaux étant important sur la partie centrale, il présentait un fort creux. Un fer plat a été placé en même temps qu'une ceinture de rive pour reposer sur la charpente. La flêche est ainsi très atténuée.

Remise en peau de vache de bonne épaisseur du fond de grille.

Remise en peau des joints, des fonds et portes de layes. Remontage des fonds, étanchéité des fermetures, ajustage des vis de fermeture. Les layes sont badigeonnées au rouge.

Dressage minutieux en place, à la varlope des registres et faux-registres. Graphitage, calage avec une épaisseur papier. L'enchapage est très difficile du fait de l'utilisation d'une même chape pour deux voire trois jeux différents. Cette façon de procéder peut entraîner des serrages inégaux car les chapes sont moins stables sur de grandes largeurs. Il semble que Didier soit intervenu en pratiquant, à la scie circulaire, une incision sur l'axe des vis. Ceci ne pouvait qu'améliorer la tenue des chapes en diminuant les contraintes de planéité. Les registres du Grand-Orgue sont peaussés. La butée est un tourillon engagé dans une mortaise, placé sous les chapes, à l'opposé du tirage.

Nettoyage et dressage des soupapes, remise en peau mégis de première qualité, spécialement triée pour son moelleux. Les crochets de tirage ont tous dû être remplacés car ils étaient devenus cassants. Pour les extraire, il a fallu découper les soupapes et y remettre des pièces. Au lieu du fil d'acier non traité, nous avons utilisés un fil acier inox Ø15/10 qui ne peut éclater le bois en se corrompant. Les guides et fils des capillaires sont remplacés par de l'acier inox Ø12/10.

Les ressorts ont été conservés uniquement pour la Pédale. Pour des raisons de toucher, ceux des claviers manuels ont été changés. L'élasticité et la précision des anciens ressorts ne permettaient pas d'assurer un toucher confortable. Les anciens ressorts sont conservés dans le soubassement.

Remise en état des chapes modifiées : bouchonnage et retour aux perces d'origine de la Montre 4 du Positif, découpe et fabrication d'une demi-chape neuve pour le Plein-Jeu du Grand-Orgue en place du Bourdon de 16.

Retour aux faux-sommiers d'origine : les faux sommiers anciens ont été intégralement conservés. Les perces agrandies lors des décalages de jeu ont été bouchonnées et rétablies dans la disposition d'origine.

Alimentation :

Fourniture d'un ventilateur adapté en pression et en débit aux besoins de l'instrument (14m3, 1200Pa). Moteur de 2800 tours, tri-phasé 360V, puissance 0,312kW. Ce moteur a été placé dans un caisson isolé dans le soubassement de l'instrument.

Fabrication d'un réservoir neuf, placé dans le soubassement derrière les claviers, dimensions 950 x 1350 (3 pieds sur 4 pieds). Réservoir à double plis suffisant comme réserve à l'arrivée du moteur. Les châssis et les panneaux sont en sapin d'épaisseur 35mm. Les éclisses sont en sapin d'épaisseur 12mm.

Le réservoir d'origine faisait la même largeur mais était plus long (environ 950mm sur 1750mm), les traces des traverses de soutien sont encore visibles de part et d'autre à l'intérieur du buffet. Il devait être muni de deux pompes trés étroites actionnées du côté # avec un renvoi de mécanisme vers l'extérieur. Pour pouvoir l'enlever du soubassement, Didier a découpé le buffet à environ 30cm du sol puis a rabouté les morceaux avec des atèles. Si cette disposition n'a pas été reconstituée c'est, d'une part parce qu'il n'était pas prévu de reconstruire les pompes et, d'autre part, pour permettre un départ distinct des portevent vers chaque clavier. En effet, dans la disposition d'origine, il est probable que le Positif et le Grand-Orgue avait un même départ avec une montée à angle droit vers le Grand-Orgue, le positif se poursuivant à travers le plancher. La partition des vents dès le départ du réservoir permet d'éviter les houppements trop nombreux mis en avant par Didier pour expliquer le remplacement du réservoir d'origine.

Il restait en usage plusieurs portevent ou tronçons de portevent d'origine. Fabriqués en épicéa, leur surface était non peinte, l'intérieur recouvert d'un papier, les côtés de la face étroite plus épais que ceux de la face large et assemblés par languette et rainure. Ils étaient, malheureusement, beaucoup trop altérés pour une réutilisation, même après un encollage. Ils ont été refaits en copie, en sapin, assemblés par languette et rainure, encollés intérieurement.

Les postages sont en alliage riche en étain, cela les rend très solides. Ils sont tous en place au Grand-Orgue. Au Positif, ils avaient été modifiés et décalés d'une octave. Nous avons pu les remettre à leur place d'origine en supprimant les ajouts. Seuls trois postages neufs ont été refaits en copie.

Tuyauterie :

Toutes les inconnues n'ont pas été résolues avec la restauration. Grâce aux inscriptions retrouvées, on connait la composition d'origine. Les tailles des jeux disparus ont été élaborées en suivant le principe de la taille unique. En effet, la tuyauterie est fabriquée sur le principe d'une taille unique pour les principaux et pour les bourdons. Cette particularité se retrouve à Bischtroff. Les différences d'harmonie sont obtenues par les différentes hauteurs de bouche. Pour les jeux particuliers comme le Hautbois ou le Cromorne, les tailles ont été revelées sur des instruments, sinon contemporains, du moins proches (Naisay-les-Granges et Lannion).

Le travail sur la tuyauterie fut intense, mais une fois les entailles de timbres ressoudées, les tuyaux furent remis à soit leur place d'origine, soit décalés d'un-demi ton vers le grave et tombèrent presque tous sur leur accord, y compris la Flûte de 8 de Pédale coupée sur le ton !

Dans tout l'instrument seuls quelques tuyaux ont dû être rallongés pour retrouver leur accord. Les jeux disparus et reconstitués furent les suivants :

  • La Doublette et le Cromorne du clavier de Positif;
  • Les quatre jeux de Flûte 8, du Prestant, de Doublette et du Hautbois du clavier d'Écho;
  • Le Plein-Jeu du clavier de Grand-Orgue;
  • Une octave du Nasard du clavier de Grand-Orgue;
  • Et quelques autres tuyaux disparus, soit un total de 440 tuyaux neufs sur les 1271 tuyaux que comporte l'orgue.

Les titrages d'étain/plomb sont de 82% pour les corps des principaux et des anches, 24% pour les pieds et les Bourdons.

Les caractéristiques de fabrication sont répétitives : applatissages des lévres haut et bas très long (2,5 fois la largeur de bouche) sauf pour les basses en deça du 2' pour lesquelles les lèvres supérieures sont ogivales. Epaisseur du métal forte, biseaux et oreilles par série (les biseaux semblent épais sur les plus petits), biseaux coulés en sifflet dans les basses. Dans les dessus, les tuyaux sont fabriqués deux par deux.

Les marques manuscrites sont très discrètes, voire absentes pour certains jeux, il y a rarement des indications de registre, ou alors symbolisés par une lettre (pour Nasard, pour Montre, pour Trompette, pour Prestant, pour Salicional)

C # D # E F # G # A # B

Les tuyaux de bois sont en chêne sur leur quatre faces. Les pieds sont en fruitier, octogonaux.

Il n'y a pas eu d'hésitation pour le choix du diapason (440Hz à 20°C), les tuyaux sur le ton et à calottes soudées permettaient de retrouver immédiatement le diapason d'origine. La continuité des feuilles de métal des corps et des calottes des Bourdons avec un décalage d'un demi-ton, avait démontré, dès le démontage, qu'il n'y avait pas eu de modification sur ces jeux.

Mon travail d'harmonie était facilité par l'accord sur le ton. Il fallait trouver un équilibre moyen du timbre avec un accord sans tuyaux trop ouverts ou fermés. Une fois posé l'accord général sur tous les jeux anciens, les jeux neufs furent harmonisés pour se mêler à eux. L'harmonie est traitée à bouches hautes, les biseaux sont finement dentés. Les pieds largement ouverts, le réglage de l'intensité est réalisé à la lumière. Les jeux d'anches sont coupés très courts, leur point de brillance est obtenu en moyenne à 445Hz pour 20°C. Les canaux sont ouverts au 4/7 avec un pan presque droit (un angle de 5°). Le langueyage est fin dans les basses et épais dans les dessus (3,5/10 à 1,5/10), la courbure est accentuée en tête.

Les jeux de Flûte 8 et 4 de Pédale avaient simplement été bouchés, sans modification de la hauteur de la lèvre supérieure. Sur ces jeux l'harmonie est aussi en plein-vent, les lèvres inférieures sont calées avec de la peau pour donner plus ou moins de lumière et diriger la lame d'air vers l'extérieur. Avec ce principe, les tuyaux sont justes sur le ton.

Division du sommier de Grand-Orgue :

0 extérieur ceinture côté C (gauche console) 1210 barrage chêne
35 ceinture en chêne 1C# 1234 gravure
45 barrage sapin 1275 barrage sapin
63 gravure 2c 1299 gravure 1D#
100 barrage sapin 1340 barrage sapin
115 gravure 2g# 1360 gravure 1F
150 barrage sapin 1398 barrage sapin
165 gravure 2f# 1414 gravure 2f
200 barrage sapin 1445 barrage sapin
215 gravure 2a# 1461 gravure 2g
246 barrage sapin 1490 barrage sapin
262 gravure 2d 1506 gravure 2a
292 barrage sapin 1530 barrage sapin
303 gravure 5e 1546 gravure 2b
320 barrage sapin 1573 barrage sapin
331 gravure 5d 1587 gravure 3c#
345 barrage sapin 1631 barrage chêne
356 gravure 5c 1645 gravure 3d#
390 barrage chêne 1666 barrage sapin
402 gravure 4a# 1680 gravure 3f
422 barrage sapin 1701 barrage sapin
433 gravure 4g# 1715 gravure 3g
452 barrage sapin 1734 barrage sapin
463 gravure 4f# 1748 gravure 3a
482 barrage sapin 1769 barrage sapin
483 gravure 4e 1783 gravure 3b
512 barrage sapin 1805 barrage sapin
526 gravure 4d 1819 gravure 4c#
546 barrage sapin 1840 barrage sapin
560 gravure 4c 1854 gravure 4d#
581 barrage sapin 1875 barrage sapin
595 gravure 3a# 1886 gravure 4f
617 barrage sapin 1907 barrage sapin
631 gravure 3g# 1918 gravure 4g
655 barrage sapin 1939 barrage sapin
669 gravure 3f# 1950 gravure 4a
691 barrage sapin 1971 barrage sapin
705 gravure 3e 1982 gravure 4b
727 barrage sapin 2017 barrage chêne
741 gravure 3d 2028 gravure 5c#
783 barrage chêne 2046 barrage sapin
800 gravure 3c 2057 gravure 5d#
825 barrage sapin 2065 barrage sapin
841 gravure 2a# 2076 gravure 5f
868 barrage sapin 2106 barrage sapin
884 gravure 2g# 2124 gravure 2d#
913 barrage sapin 2154 barrage sapin
929 gravure 2f# 2182 gravure 1B
959 barrage sapin 2214 barrage sapin
975 gravure 2e 2232 gravure 1G
1015 barrage sapin 2264 barrage sapin
1035 gravure 1E 2282 gravure 1A
1065 barrage sapin 2312 barrage sapin
1099 gravure 1D 2330 gravure 2c#
1140 barrage sapin 2340 barrage sapin
1164 gravure 1C 2375 ceinture extérieure #
1210 barrage chêne  

Division du sommier de Positif

0 extérieur ceinture côté C (gauche console) 881 barrage chêne
35 ceinture en chêne 893 gravure 4c#
45 barrage sapin 904 barrage sapin
63 gravure 1C 915 gravure 4d
87 barrage sapin 926 barrage sapin
105 gravure 1D 937 gravure 4d#
128 barrage sapin 948 barrage sapin
147 gravure 1E 959 gravure 4e
165 barrage sapin 970 barrage sapin
183 gravure 1F# 981 gravure 4f
197 barrage sapin 992 barrage sapin
212 gravure 1G# 1003 gravure 4f#
242 barrage sapin 1014 barrage sapin
258 gravure 1A# 1025 gravure 4g
278 barrage sapin 1065 barrage chêne
292 gravure 2c 1076 gravure 4g#
313 barrage sapin 1087 barrage sapin
327 gravure 2d 1098 gravure 4a
360 barrage chêne 1109 barrage sapin
375 gravure 2e 1120 gravure 4a#
398 barrage sapin 1131 barrage sapin
413 gravure 2f# 1142 gravure 4b
425 barrage sapin 1153 barrage sapin
440 gravure 2g# 1164 gravure 5c
458 barrage sapin 1175 barrage sapin
473 gravure 2a 1185 gravure 5c#
488 barrage sapin 1194 barrage sapin
502 gravure 2a# 1204 gravure 5d
518 barrage sapin 1213 barrage sapin
532 gravure 2b 1223 gravure 5d#
548 barrage sapin 1232 barrage sapin
562 gravure 3c 1242 gravure 5e
576 barrage sapin 1251 barrage sapin
590 gravure 3c# 1261 gravure 5f
602 barrage sapin 1270 barrage chêne
615 gravure 3d 1305 gravure 2g
622 barrage sapin 1320 barrage sapin
634 gravure 3d# 1338 gravure 2f
647 barrage sapin 1352 barrage chêne
658 gravure 3e 1369 gravure 2d#
669 barrage sapin 1383 barrage sapin
680 gravure 3f 1405 gravure 2c#
692 barrage sapin 1420 barrage sapin
704 gravure 3f# 1440 gravure 1B
715 barrage sapin 1456 barrage sapin
727 gravure 3g 1477 gravure 1A
760 barrage chêne 1492 barrage sapin
771 gravure 3g# 1512 gravure 1G
782 barrage sapin 1539 barrage sapin
793 gravure 3a 1562 gravure 1F
804 barrage sapin 1580 barrage sapin
815 gravure 3a# 1605 gravure 1D#
826 barrage sapin 1623 barrage sapin
837 gravure 3b 1647 gravure 1C#
848 barrage sapin 1665 barrage sapin
859 gravure 4c 1700 ceinture extérieure #
870 barrage sapin  

Division du sommier de Pédale

0 extérieur ceinture côté # 1607 barrage chêne
35 ceinture en chêne 1653 gravure 1D#
45 barrage sapin 1676 barrage sapin
63 gravure 2f 1698 gravure aveugle
88 barrage sapin 1741 barrage sapin
115 gravure aveugle 1805 gravure 1D
138 barrage sapin 1830 barrage sapin
158 gravure 2e 1856 gravure aveugle
180 barrage sapin 1913 barrage sapin
202 gravure aveugle 1956 gravure 1C#
230 barrage sapin 1984 barrage sapin
250 gravure 2d# 2015 gravure aveugle
273 barrage sapin 2070 barrage sapin
302 gravure aveugle 2096 gravure 1C
327 barrage sapin 2105 barrage sapin
342 gravure 2d 2140 ceinture extérieure C
368 barrage sapin  
380 gravure aveugle  
428 barrage chêne  
442 gravure 2c#  
474 barrage sapin  
511 gravure aveugle  
532 barrage sapin  
554 gravure 2c  
576 barrage sapin  
607 gravure aveugle  
640 barrage sapin  
662 gravure 1B  
685 barrage sapin  
728 gravure aveugle  
754 barrage sapin  
773 gravure 1A#  
800 barrage sapin  
822 gravure aveugle  
848 barrage sapin  
870 barrage sapin  
895 gravure 1A  
912 barrage sapin  
940 gravure aveugle  
987 barrage sapin  
1014 gravure 1G#  
1034 barrage sapin  
1064 gravure aveugle  
1089 barrage sapin  
1112 gravure 1G  
1140 barrage sapin  
1160 gravure aveugle  
1187 barrage sapin  
1240 gravure 1F#  
1264 barrage chêne  
1286 gravure aveugle  
1334 barrage sapin  
1370 gravure 1F  
1395 barrage sapin  
1420 gravure aveugle  
1447 barrage sapin  
1510 gravure 1E  
1535 barrage sapin  
1557 gravure aveugle  
© Manufacture Bretonne d'Orgues. Tous droits réservés.